OTTAWA ET LE $250 MILLIONS

Pour le fédéral, c’était 250 Millions.- L’article du journal Montréal-Matin, édition du 22 février 1973, précise en titre : « Les chiffres du gouvernement fédéral - $250 Millions, coût des installations olympiques ».

Le texte commence comme suit : « Le gouvernement fédéral a estimé à $250 Millions le coût des Installations Olympiques (autres que le village olympique) qui seront nécessaires pour le bon fonctionnement des Jeux de 1976 à Montréal. … Il évalue à $178 Millions le coût du complexe du Parc Maisonneuve et à $72 Millions les autres installations, y compris celles de Kingston ». M. Drapeau ne s’était pas si trompé !

Ottawa prévoyait un déficit de $172 Millions pour les Jeux. Le COJO évaluait ses dépenses d’organisation à $60 Millions alors qu’Ottawa disait $82 Millions, un surplus de dépenses de $22 Millions. Au chapitre des revenus anticipés pour la frappe des pièces de monnaie, le fédéral disait non au $250 Millions prévus, mais plutôt $100 Millions, un manque de $150 Millions, d’où le déficit de $172 Millions.

Dans mon texte « Le coût total du Parc olympique et les facteurs d'augmentations » (cliquez ici pour le voir), j’indique $183 Millions, le $178 Millions d’Ottawa, plus $5 Millions la juste part des imprévus que j’avais ajoutés à la fin du budget.

$250 millions, coût des installations olympiques
Cliquez sur la photo pour agrandir


Déficit de $172 millions pour les Jeux
Cliquez sur la photo pour agrandir

Claude Phaneuf, B.A., B.Sc.A.
Un des trois pionniers concepteurs du Parc Olympique et du Stade.
Membre de l'OIQ de 1962 à octobre 2006.
Mai 2010







Pour m'adresser une question ou un commentaire, écrivez à info@stadeolympiquemontreal.ca

Pour se procurer le dernier livre de M. Taillibert "Stade olympique de Montréal, mythes et scandales", suivre le lien suivant :
http://www.renaud-bray.com/Livres_Produit.aspx?id=1159386

Toute reproduction totale ou partielle du contenu de ce site, sans autorisation, est formellement interdite.
©Claude Phaneuf 2017

Site web créé par Samuel Labrie
 
Claude Phaneuf sur Facebook Claude Phaneuf