Les textes

T08.4 - Le Toit Delaney vendu à Dessau
T10 - L’omniprésence de certains …
T12 - Et maintenant … le 5ième Toit « Le dernier Toit, point final »
Plusieurs autres textes
sont à venir

M. ROGER TAILLIBERT, L’ARCHITECTE ... DEBOUT.


Le 5 décembre 2008, je remettais une Lettre et des Annexes aux trois chefs de Parti du Gouvernement du Québec, dont celle-ci à laquelle j’ai apporté de légères modifications.


Pour imiter les citations des évangiles du Juge Malouf en 1980, « Je dirais que comme Jésus, après être tombé trois fois, notre projet Stade-Mât-Piscines fut crucifié sur la place publique ».

Oui. M Taillibert, votre Œuvre en est rendu là, elle sera amputée prochainement. Allez-vous permettre une telle bêtise, un tel gâchis uniquement QUÉBÉCOIS. Sachez M Taillibert que ce n’est plus votre Œuvre d’art que nous côtoyons tous les jours le long de la rue Sherbrooke, c’est l’œuvre de la Régie des Installations olympiques, la face cachée du Gouvernement du Québec.

Contrairement à bien d’autres, la RIO vous a forcé à vous battre, comme moi, deux fois à la Cour Supérieure de Montréal pour vous faire payer, je dirais, quelques petites reliques financières. Non, pas des dizaines, ni des centaines de Millions de dollars comme elle l’a fait au cours des années.

Vous aviez commencé à travailler sur notre Stade le mercredi 8 septembre 1971, lorsque je me suis présenté à vos bureaux avec mon projet sous le bras. Vous et moi, et quelques rares autres, Pierre Ronco, Ivanhoe Benoit et le regretté Paul-Émile Lapointe, avons été efficaces au point que dès le 6 avril 1972 l’Œuvre d’art était née. Les plans d’architecture en couleurs de toutes les Installations du Parc Olympique, de tous les planchers de chaque projet, se trouvaient dans le film présenté à la télévision ce soir-là. Le premier voussoir des consoles fut posé en avril 1975 et le premier anneau technique le 4 novembre 1975, 3 ans et 3 ans et ½ plus tard (huit mois et demi avant le début des Jeux). Ce doit sûrement être à cause de vous, qui n’aviez pas le mandat de faire les plans de génie, ni la surveillance des travaux, ni la gérance des travaux.

Je dis « Œuvre d’art » parce que le Juge Charles Gonthier n’a-t-il pas qualifié votre Œuvre d’extraordinaire dans son Jugement lors de votre premier procès de 1983 ?

En mars 1973, ma Division fut créée pour construire le « Parc Olympique de M Drapeau ». Dès le vendredi saint d’Avril 1974, le Gouvernement du Québec (Parti libéral en poste) obligea Montréal à vous mettre à la porte et implanta une structure à deux têtes, un mandataire-coordonnateur et un gérant des travaux, pour mener à bien les projets. Vous et ma Division étions tassés sur le bord de la route des décisions.

Je demande à tous les Québécois de bien se rappeler ce jour du vendredi saint d’Avril 1974. Car depuis cette date, c’est Québec qui a tout dirigé, pas seulement depuis l’arrivée de la RIO en novembre 1975 comme on l’a bien incrusté dans la tête des Québécois, pour qu’ils croient que les responsables des retards de travaux et des folies financières étaient nous, Mes Drapeau, Taillibert et ma Division. Vous comprenez M Taillibert, comme je l’ai compris depuis longtemps, pourquoi jamais qui que ce soit et spécialement la RIO ne vous ont jamais demandé de faire votre Toit. Il fallait vous laisser hors du dossier pour pouvoir agir comme bon il semblerait !!! J’ajouterais que « le gros argent est resté ici » !

Je me permets de vous poser une question qui m’a toujours intriguée :- « Qu’est-ce qui a fait que jamais en 37 ans, en tant qu’Architecte concepteur de cette Œuvre d’art, vous n’avez pas exigé le respect de l’intégralité de votre Œuvre ? » Vouliez-vous encourager les dépenses extravagantes en termes de Millions de dollars gaspillés ? Et … ce n’est pas fini.

La RIO a annoncé ses couleurs dans les journaux, ce sera un toit rigide, fixe et en acier, conçu par certains qui avaient fait le Toit de 1987 payé $147,42 Millions et enlevé pour faire place au Toit Birdair. Vous savez que vos consoles et votre Mât n’ont pas été conçus pour un tel Toit rigide, mais pour un Toit léger. Alors, préparons-nous les bébelles s’en viennent.

MONSIEUR TAILLIBERT, L’ARCHITECTE … DEBOUT. À vous d’en juger si vous en avez le courage. Je connais votre âge et vous êtes toujours actif et en bonne santé. C’est venu le temps que vous interveniez. Votre Œuvre devra être amputée pour le 4ième nouveau Toit, le Mât et les consoles seront renforcés semble-t-il pour supporter cette pesanteur, à moins que vous n’interveniez, ce que je souhaite de tout cœur pour le bien de notre Stade et de notre renommée québécoise.

N’attendez pas que la RIO laisse débuter la construction de cette dégradation de notre Stade, le Toit d’acier annoncé. M Taillibert, l’Architecte concepteur debout, … Agissez.

Claude Phaneuf, B.A., B.Sc.A.
Un des trois pionniers concepteurs du Parc Olympique et du Stade.
Membre de l'OIQ de 1962 à octobre 2006.
Mai 2010

Pour voir le texte intégral de la Lettre du 5 décembre 2008 et de ses 6 Annexes, cliquez ici.






Pour m'adresser une question ou un commentaire, écrivez à info@stadeolympiquemontreal.ca

Pour se procurer le dernier livre de M. Taillibert "Stade olympique de Montréal, mythes et scandales", suivre le lien suivant :
http://www.renaud-bray.com/Livres_Produit.aspx?id=1159386

Toute reproduction totale ou partielle du contenu de ce site, sans autorisation, est formellement interdite.
©Claude Phaneuf 2017

Site web créé par Samuel Labrie
 
Claude Phaneuf sur Facebook Claude Phaneuf