Les textes

T08.4 - Le Toit Delaney vendu à Dessau
T10 - L’omniprésence de certains …
T12 - Et maintenant … le 5ième Toit « Le dernier Toit, point final »
Plusieurs autres textes
sont à venir

Dossier : Le Toit du Stade Olympique

LES VRAIES RAISONS DE L’ANNULATION DU TOIT SNC-LAVALIN

La mascarade de l’été 2010 a propulsé la RIO sur la première bouée de sauvetage qui se présentait à elle et en septembre 2010 cette même RIO « se soulageait » en renonçant au Toit tout à fait inapproprié SNC-Lavalin … pour se lancer dans la même galère -- la poursuite de l’Appel d’offres en cours depuis août 2004 – cette fois sous le couvert du respect des règles d’Infrastructure Québec, … comme si ces Installations sportives et ses techniques de construction pouvaient se comparer aux structures plus conventionnelles telles que Ponts, Viaducs, Routes, Hôpitaux, etc.

En septembre 2010, les médias rapportaient : Le Conseil d’administration (de la RIO) considère que la proposition du consortium de Dessau et d’Ellisdon reçue en août 2010 … présente les caractéristiques recherchées par la RIO … « L’opinion du conseil est que le résultat de l’avis d’intention démontre l’existence d’une concurrence du calibre recherché pour la réalisation du projet de remplacement de la toiture. Il est donc dans l’intérêt public de tenir un nouvel appel d’offres public », a indiqué la présidente du conseil d’administration de la RIO, Maya Raic.

Et que la fête commence ! La patate chaude qui brûlait les mains de la « cher » RIO s’est vite refroidie.



 

Voici cette Vraie Histoire rocambolesque/impardonnable de l’annulation du Toit SNC-Lavalin

Avant que des faussetés ne s’enracinent dans l’Histoire et que nous soyons encore trompés, comme ce fut le cas depuis les Jeux de 1976 jusqu’à aujourd’hui, j’ai le devoir de rendre publiques les vraies raisons pour lesquelles le Toit SNC-Lavalin fut annulé. Dans ce dossier du Stade, la Vraie Vérité n’a pas toujours été celle que la RIO projette publiquement parce que sa survie en dépend tout comme celle de certains Politiciens et Ministres du parti au pouvoir.

Un record toutes catégories.- En Appel d’offres depuis août 2004, le prochain Toit serait terminé 11½ ans après l’annonce originale et M. Taillibert qui a 2 Stades en construction et une Tour de 300 mètres à Doha au Qatar aura 90 ans ! Vous voyez le jeu de nos ratoureux Québécois ?

La RIO se mérite une médaille d’or de partisannerie, de durée et d’entêtement.



 

La chronologie de cette Vraie Vérité

En juillet 2002, 2 ans avant le 1er Appel d’offres d’août 2004, j’annonce, lors de ma conférence au Club Kiwanis St-Laurent « que le futur Toit sera construit par SNC-Lavalin et Nicolet, Chantrand, Knoll (NCK) ». L’Appel d’août 2004 annulé, un deuxième Appel d’offres avec des spécifications subtilement modifiées est lancé le 12 janvier 2005. Quatre Entreprises y répondent dont deux sont retenues Janin-Atlas et SNC-Lavalin. Janin-Atlas se retire et SNC-Lavalin demeure seul en piste au grand désespoir de Pierre Jutras d’Aérolande écarté du 1er Appel d’offres et du 2ième, mais au grand plaisir de la RIO qui le souhaitait ainsi.

En 2007, SNC-Lavalin dépose une soumission comprenant un prix. Selon le libellé de cet Appel d’offres, SNC-Lavalin avait reçu $150 000 pour son intérêt manifesté en 1ère étape auxquels s’ajoutaient $350 000 pour développer son concept en 2ième étape. La RIO n’a jamais montré au public québécois cette soumission et ce projet de SNC-Lavalin, lequel public était en droit de la voir puisqu’ils avaient déjà payé $500 000 jusque là à cette firme. À partir de là, la RIO tente en vain à plusieurs reprises d’obtenir du Gouvernement du Québec l’autorisation de confier ce contrat à SNC-Lavalin (le Lavalin de LVLV-mandataire-coordonnateur en 1974 et 1975, et le Lavalin du Toit Socodec-Lavalin de 1987).



 

Les menteries de Pierre Bibeau

En août 2008, Pierre Bibeau, ex-Président et ancien Directeur de la RIO, lançait en l’air des menteries -- accusant la Ville et sa planification à long terme qu’il qualifiait de mauvaise, ajoutant que M. Taillibert était le responsable des problèmes avec « Nos Expos » parce qu’il ne connaissait pas le baseball --. Voir l’article de Jean-François Cloutier d’août 2008 dans La Presse « D’inévitables lendemains de veille ».

En début décembre 2008, je corrige ces fausses accusations en remettant une Lettre et 6 Annexes à M. Jean Charest, Mme Pauline Marois et M. Mario Dumont où je dénonce les agissements partisans de la RIO et l’aspect dangereux du Toit SNC-Lavalin. M. Charest (mis au courant de ces magouilles, de l’apparence de conflits d’intérêts du Gérant de projet, de l’aspect dangereux du Toit d’acier dans la mire de sa RIO et de la destruction par sa RIO du Parc des Sports) commence à douter du bien-fondé et du coût élevé de ce Toit, tout comme certains de ses Ministres. Pour voir ces textes, cliquez ici.

L’année 2009.- Alors que tout allait gaiement dans le meilleur des mondes, la RIO peu soucieuse des plaintes de la Compagnie Aérolande (qui a soumissionné en 2004 et 2005) se servait des journaux pour annoncer son intention ferme de recourir à SNC-Lavalin. M. André Gourd président de la RIO « sort public » et exprime son intention de construire le Toit SNC-Lavalin en cachant le coût de ces travaux ($300 à $400 Millions) dans des réparations, faisant même allusion aux réparations ou rénovations du Stade de Vancouver comme des dépenses normales et justifiables.

Québec ne bouge pas. Le Conseil des Ministres évite de mettre ce sujet à l’ordre du jour et fait la sourde oreille aux demandes de la RIO. Pour moi … tant mieux pour le Stade et pour nous.

En octobre 2009, M. Yves Boisvert de La Presse décrit un Toit de l’inventeur M. Delaney avec croquis à l’appui sur 2 pages complètes. M. Delaney n’avait pas répondu aux Appels d’offres de la RIO.



 

Pierre Jutras d’Aérolande se plaint officiellement

Le 22 mars 2010, Pierre Jutras d’Aérolande remettait à Mme la Ministre de la RIO Nicole Ménard une plainte formelle écrite relative au déroulement plus que questionnable et aux dessous irréguliers de cet Appel d’offres, cliquez ici voir ce document . Cette plainte était accompagné de son manifeste (de 15 pages) publié en date du 14 octobre 2007, cliquez ici pour voir ce manifeste . La RIO et le Gouvernement du Québec (le PLQ) « ont un œil au beurre noir » et une patate chaude dans les mains.



 

La goutte qui fait déborder le vase

Le 26 juin 2010, Yves Boisvert récidive avec son article « Il faut tuer le Toit fixe ». M. Delaney montre à nouveau son Toit dans le journal de Montréal qui a 6 pattes cette fois et non 4 comme en octobre 2009.

La RIO et le PLQ sont coincés

Le 28 juin 2010, 2 jours après l’article de M. Boisvert, la RIO et Québec, coincés entre la plainte officielle d’Aérolande et M. Delaney, doivent « fermer le bec » rapidement à ces 2 plaignards. La trouvaille : Un Avis d’intention formel émis par la RIO d’obtenir l’autorisation d’octroyer le contrat à SNC-Lavalin à moins que … (???) quelqu’un veuille soumettre un projet crédible. « Qu’il se manifeste avant la date butoir du 27 août 2010 », a dit la RIO.

Les médias d’information spéculent sur le futur Toit. Les articles et les entrevues se succèdent. Questionné par des journalistes, je réponds qu’« Il ne se passera rien le 28 août 2010. La RIO recevra sa bouée de sauvetage, clouera le bec aux criards et évitera de devoir expliquer sur la place publique l’apparence flagrante de conflit d’intérêts et les tripotages de cet Appel d’offres. Un autre Appel d’offres sera sans doute lancé toujours dans le cadre de celui demandé en août 2004 ». C’est fait.



 

Une bouée de sauvetage pour la RIO

Le 28 août 2010, précédé de plusieurs entrevues à la radio de Radio-Canada, 98.5 FM, CKAC Sports, Radio satellite Sirius où j’expose les vraies raisons de ne pas construire ce Toit d’acier, SNC-Lavalin ne fait plus cavalier seul. Le consortium EllisDon/Dessau qui a acheté les brevets de l’inventeur M. Delaney soumet le projet qui circule dans les journaux depuis octobre 2009. Rapidement la RIO saisit cette bouée de sauvetage et Me Nica Gingras, avocate de la RIO s’empresse de dire « Soumission recevable ». Une absence remarquée, M. Delaney, très visible publiquement depuis un an, n’est pas là cette fois pour présenter sa proposition, mais son projet y est.

Le 21 septembre 2010, la RIO annonce qu’elle rejette la soumission de SNC-Lavalin parce qu’un nouveau joueur crédible est apparu !

Le 21 septembre 2010, pour faire taire les 2 criards (Mes. Delaney et Jutras) » et pour ne pas avoir à justifier ses agissements plus que questionnables, la RIO rejette les soumissions. « On enterre tout et on recommence » sans avoir à s’expliquer pour cet Appel d’offres qui dure depuis 6½ ans en prenant soin de se cacher derrière les exigences d’Infrastructures Québec. « Nous remettons le compteur à zéro », ajoutera candidement Mme Sylvie Bastien. M. André Gourd, le Président, s’absente quelques mois pour raison de maladie. À ce jour de mai 2011, son contrat (terminé en janvier 2011) n’est pas renouvelé. Qui sera le prochain acteur de la RIO pour faire oublier sa mauvaise gestion ?



 

Le Toit Delaney et ses mystères

En octobre 2009, le Toit a 4 pattes au sol qui traversent le Toit permanent du Stade et tous les planchers. En septembre 2010, il en a 6 ? Ce Toit n’a jamais été expérimenté, avec une mécanique complexe et gigantesque vu l’ampleur d’une seule des deux coupoles (grande comme 1½ terrains de football canadien !) qui oblige de percer le Toit fixe et tous les planchers jusque dans le sol.

13 octobre 2009 - Solution à 4 pattes
La Presse – 13 octobre 2009
Solution à 4 pattes
Cliquez sur la photo pour agrandir
28 septembre 2010 - Solution à 6 pattes
Journal de Montréal – 28 septembre 2010
Solution à 6 pattes
Cliquez sur la photo pour agrandir


 

Un nouvel Appel d’offres

Le 30 novembre 2010, la dépensière RIO lance un nouvel Appel d’offres (toujours à l’intérieur de celui lancé en août 2004) pour engager « un Directeur de projet » avec comme date de réception des soumissions le 11 janvier 2011, parce qu’elle n’a pas les ressources nécessaires et qu’ « Il y a mille choses à faire pour satisfaire les exigences d’Infrastructures Québec, qu’il y a une multitude d’étapes à franchir. Le directeur de projet sera une firme ou un regroupement qui nous assistera pendant quelques années », dixit Mme Bastien, Directrice des Communications à la RIO. Gaspillages de notre argent une autre fois et Mme la Ministre de la RIO laissent faire pendant que son gouvernement augmente nos taxes ou pellette les dépenses en avant ! Nos enfants paieront ces folies inutiles.

Le 11 janvier 2011, incognito et sans faire de bruit, la RIO reçoit ses soumissionnaires où un parmi ceux-ci l’aidera à titre de Directeur de projet.

Le 28 février 2011, la RIO a choisi son compagnon des 5 prochaines années (?) la firme de génie-conseil CIMA pour re re re re redéfinir quel type de Toit (le 5ième) et les documents d’un autre Appel toujours dans le même processus d’août 2004. Qu’est-ce que cette firme sait de plus que Lavalin ? Pour voir mon texte « Une trouvaille de la RIO – Un Directeur de projet », cliquez ici.

Pierre Munger et Jean-François Cloutier de l’Agence QMI titrent leurs textes dans le Journal de Montréal, le 1er « La mise en place du projet continue de s’étirer » et le 2ième « Trois ans pour réfléchir » … après quoi nous irons en Appel d’offres et nous construirons !!! 5 ans à attendre ! À bonne heure, les gens de Sports du lit (CKAC) me demandent mes commentaires et font les leurs. Pour entendre ces entrevues, cliquez ici pour la 1ère et ici pour la 2ième.



 

Médaille d’or pour la RIO

L’Appel d’offres pour remplacer le Toit Birdair aura duré ONZE ANS ET 4 MOIS avant que ce 5ième nouveau Toit ne soit en place, un record qui ne sera jamais égalé par qui que ce soit dans le monde parce que la maudite politique partisane prévaut sur les règles usuelles des Architectes. Parlons-en de ces règles.



 

Les règles usuelles des Architectes

Lorsque les règles professionnelles sont respectées pour un tel projet inédit (ce qui se produit dans la grande majorité des cas, ici nous faisons exception), les services de l’Architecte régis par l’Ordre des Architectes du Québec comprennent :-

a) Les études et plans préliminaires ;
b) Les prévisions budgétaires ;
c) Les plans et devis pour construction ;
d) La surveillance des travaux.

Dans les années 1970-1975, la partie a) représentait 15% des services. Si la partie b) était faite, nous ajoutions 10%, donc 25% des services avaient été rendus. Un autre 45% s’ajoutait pour la partie c) ; nous étions alors rendus à 70% des services. Le dernier 30% s’appliquait à la surveillance des travaux et nous arrivions ainsi à 100% pour tous les services.

L’article c) ne fut jamais respecté pour le Toit du Stade. M. Taillibert n’a pas été sollicité même s’il est le seul Architecte à pouvoir calculer ce type de Toit. Uniquement les Ingénieurs favoris de nos politiciens furent demandés pour tenter de le calculer (sans succès) et à des coûts astronomiques et gaspillés.



 

Je vous invite à lire ce texte « Un Toit Taillibert, signé Taillibert, léger et mobile en moins de 2 ans pour $60 à 70 Millions », cliquez ici.


Il faut bien être au Québec pour assister à un tel manque de respect professionnel et à un vol d’identité d’une œuvre d’un Architecte de renommée internationale de la part de la RIO, avec la complicité et la complaisance de nos Architectes et Ingénieurs et des dirigeants du Parti Libéral du Québec.



Québécois, avez-vous honte ? Moi oui.


Claude Phaneuf, B.A., B.Sc.A.
Un des trois pionniers concepteurs du Parc Olympique et du Stade.
Membre de l'OIQ de 1962 à octobre 2006.
Ce samedi 30 avril 2011






Pour m'adresser une question ou un commentaire, écrivez à info@stadeolympiquemontreal.ca

Pour se procurer le dernier livre de M. Taillibert "Stade olympique de Montréal, mythes et scandales", suivre le lien suivant :
http://www.renaud-bray.com/Livres_Produit.aspx?id=1159386

Toute reproduction totale ou partielle du contenu de ce site, sans autorisation, est formellement interdite.
©Claude Phaneuf 2017

Site web créé par Samuel Labrie
 
Claude Phaneuf sur Facebook Claude Phaneuf