LES REVENUS DU TABAC, DÉFICIT OU PROFIT ?
LA DETTE ÉTERNELLE

Le rapport officiel du COJO indique que la RIO devait rembourser une dette de $790 Millions, plus les $137 Millions qu’elle a prévus pour l’achèvement des travaux du Parc olympique à effectuer sans pression, avec le temps pour demander des appels d’offres, sans troubles ouvriers, ni date butoir (voir Livre 1 du COJO – pages 58 et 59). $927 Millions à rembourser par la RIO, tous travaux compris.

Québec créa une taxe spéciale sur le tabac « où 48% des profits du tabac rembourseraient ces $927 Millions. Le 48% des profits ne fut respecté que les trois premières années. Par la suite, le pourcentage diminua passant d’année en année de 48% à 36% jusqu’à 10,5%. Était-ce pour faire durer le plaisir ou pour rester en charge plus longtemps ? Je vous laisse conclure.

Cette taxe rapporta environ $6,25 Milliards de 1976 à 2006, calculés à partir des États financiers de la RIO. Vous trouvez sur le site de Canoe du 20 août 2006 et je les cite :- « Finalement, 30 ans et deux mois plus tard, les fumeurs Québécois auront versé – capital et intérêts comptés – la faramineuse somme de $2,342 Milliards » au lieu du $927 Millions prévus. Des $6,25 Milliards empochés (pour 48% à tous les ans de 1976 à 2006), il reste des revenus de $3,91 Milliards transférés dans d’autres ministères. Une taxe qui rapporte encore. Moi, je l’appelle « la dette éternelle ». Ces sommes faramineuses furent l’oxygène qui permit à la RIO de survivre et de dépenser de façon inquiétante et questionnable.

Si la Loi sur le tabac avait été respectée, le Stade aurait été complètement payé en 1980 et non en 2006. La RIO n’aurait pas pu faire 3 Toits et en planifier un 4ième. Le Parc Olympique serait redevenu la propriété de la Ville de Montréal depuis belle lurette comme le stipulait cette dite Loi.

N’acceptons plus le discours politique « que notre Stade est la cause directe de la dette », ce que j’ai baptisé il y a plusieurs années « La Dette Éternelle » !

La dette éternelle

Tout prend sa source dans l’expression que tout Québécois devrait apprendre par cœur « Une dépense à recouvrer ». Comprenons ces mots et nous aurons compris le stratagème.

Pour comprendre ce qu’est « La Dette Éternelle » … qui dura jusqu’en 2006, les Québécois étant fatigués de payer, il suffit de connaître la différence entre « une Dépense à financer par règlements d’emprunts » comme fonctionnent les municipalités et « une Dépense à recouvrer » applicable à la RIO.

Une Dépense à financer par règlements d’emprunts.- Cette dépense ne peut être dépassée et le règlement d’emprunt d’avoir été approuvé préalablement par Québec. Donc, obligation de ne pas dépenser plus que le budget.

Une Dépense à recouvrer.- Le plan de financement de M. Drapeau prévoyait que les coûts des Installations Olympiques de 1976 seraient payés par les revenus générés par les Lois sur le financement qu’Ottawa avait votées en juillet 1973, telle la loi sur la monnaie. Sa définition, une dépense à recouvrer. Nous dépensons aujourd’hui et nous nous remboursons demain.

Cette deuxième dépense dure le temps que le patron (Québec) consent. Dans ce dossier le patron a laissé faire longtemps, … longtemps. Après les Jeux, aucun plafond ne fut fixé pour les dépenses à venir. « Faites de votre mieux » !

L’histoire nous livre le message qu’il y eut, plutôt que l’on garda toujours un montant dû de 1976 à 2006, année du remboursement total des dettes et dépenses de l’Après-Jeux. Cette période relève du vertige ! Études par-dessus études. Plans par-dessus plans. Projets irréalistes par-dessus projets. Exploitation déficiente. Comité d’experts par-dessus comité. Des centaines de millions de dollars par-dessus centaines de millions gaspillés. Pourquoi peut-on agir ainsi ? Parce que ce type de budget passe inaperçu. Parce que l’on a qu’à dire que c’est requis et surtout « se le faire dire par des experts reconnus » pour qu’on laisse faire. D’autant plus que les millions ne vont pas à un « Maudit Français », mais plutôt à des gens connus ou reconnus, souvent proches.

Que les dépenses augmentent, pas de problème, pas de reproches. La raison, l’explication est là, facile et tellement crédible pour les gens : « M. Drapeau a choisi un projet trop compliqué à la française ! » Nous prendrons un peu plus de temps à rembourser. Pas de danger de faillite, car le gouvernement ne peut pas faire faillite. Nous ajoutons continuellement à la dette et la population « écœurée » ne suit même plus le stratagème, ne critique même plus.

À preuve, le Journal de Montréal publiait le résultat d’un sondage mardi, 9 février 1999, 23 ans après les Jeux. La question était : « Devrait-on démolir le Stade olympique ? » Tenez-vous bien, 53% de la population de tous âges ont répondu « Oui » et ce qui est plus aberrant 62% des 25-34 ans ont répondu « Oui ». Cette majorité est prête à aller jusque là et à tout détruire pour arrêter l’hémorragie.

C’est cela « La Dette Éternelle », une dette bien entretenue qui dura jusqu’à l’épuisement de la population qui un jour a dit « Trop, c’est trop » et le Gouvernement a entendu cette fois.

Aucune responsabilité de ceux qui ont dirigé durant toutes ces années et … toujours le même propriétaire, « Québec et sa RIO ».

Claude Phaneuf, B.A., B.Sc.A.
Un des trois pionniers concepteurs du Parc Olympique et du Stade.
Membre de l'OIQ de 1962 à octobre 2006.
Mai 2010







Pour m'adresser une question ou un commentaire, écrivez à info@stadeolympiquemontreal.ca

Pour se procurer le dernier livre de M. Taillibert "Stade olympique de Montréal, mythes et scandales", suivre le lien suivant :
http://www.renaud-bray.com/Livres_Produit.aspx?id=1159386

Toute reproduction totale ou partielle du contenu de ce site, sans autorisation, est formellement interdite.
©Claude Phaneuf 2017

Site web créé par Samuel Labrie
 
Claude Phaneuf sur Facebook Claude Phaneuf