LE VÉLODROME – SON COÛT TOTAL GONFLÉ

Le Vélodrome a coûté $57 Millions, non pas $74,5 Millions comme le rapport de la Commission l’indique à la 161 du volume 2, non pas $83 Millions comme c’est inscrit par la RIO sur son site – Données et Statistiques. Le premier ne savait pas pourquoi ce n’était pas le bon montant (personne ne lui a dit comment les calculs étaient faits) et le deuxième nous a trompés.

Je vous explique pourquoi ils arrivent à $74,5 ou $83 Millions et non $57 millions comme c’aurait dû être. Le Vélodrome fut construit sous la direction de notre Division avec l’équipe Taillibert. Les règles usuelles à la Ville furent respectées. Tous les contrats furent octroyés par appels d’offres publics. Rien ne fut donné par négociation, comme ce fut le cas dès avril 1974 par les imposés du Gouvernement du Québec. Ces contrats incluaient ce que l’on appelle dans le langage de la construction les frais généraux. Donc, chaque entrepreneur avait dans son prix ces frais.

La manière de fonctionner fut changée au projet Stade-Mât-Piscines par les nouveaux arrivés de Québec. Le Vélodrome n’avait pas à être imputé d’une partie des frais généraux de ce projet. Il avait déjà eu les siens. Mais, les représentants imposés par Québec ne voulaient pas que le Vélodrome affiche une augmentation faible puisque c’était la performance réelle de la Ville. Le coûteux projet d’à côté où ils n’ont rien contrôlé, avait des frais généraux très, très élevés. Pour que la figure financière du Vélodrome ait l’air plus mauvaise que la vraie, ils augmentèrent son coût de quelques $17,5 Millions de frais généraux de l’autre projet sous leurs gouvernes exclusives. Donc, un Vélodrome avec $17,5 Millions de plus et les autres projets du Parc avec $17,5 Millions de moins. Et les nouveaux arrivés avaient plus belle figure.

Butée Y commune au Vélodrome et aux Piscines
Butée Y commune au Vélodrome et aux Piscines
Cliquez sur la photo pour agrandir

Les coûteux coffrages d’acier qui servaient à préfabriquer les pièces des arcs du toit furent payées en totalité par le budget Vélodrome. Ils ont servi à la construction des arcs des Piscines, sans que leurs coûts ne fussent partagés entre les deux. Un des 4 points d’appui (butée Y) du toit Vélodrome est commun avec une des deux coques des Piscines. Le coût a été chargé uniquement au budget Vélodrome. Rien ne fut imputé aux Piscines.

L’ensemble complet « Vélodrome » n’a coûté que 3 fois plus que ses prévisions budgétaires. Ce n’est rien de comparable avec les stationnements souterrains qui avaient des structures conventionnelles en béton, et qui ont fait jusqu’à douze (12) fois leurs prévisions.

Conclusion

Malgré « la complexe complexité de sa toiture », le Vélodrome demeure l’installation du coûteux Parc Olympique qui a subi la plus petite augmentation, pour voir ce texte sur la complexité, cliquez ici.

Claude Phaneuf, B.A., B.Sc.A.
Un des trois pionniers concepteurs du Parc Olympique et du Stade.
Membre de l'OIQ de 1962 à octobre 2006.
Mai 2010







Pour m'adresser une question ou un commentaire, écrivez à info@stadeolympiquemontreal.ca

Pour se procurer le dernier livre de M. Taillibert "Stade olympique de Montréal, mythes et scandales", suivre le lien suivant :
http://www.renaud-bray.com/Livres_Produit.aspx?id=1159386

Toute reproduction totale ou partielle du contenu de ce site, sans autorisation, est formellement interdite.
©Claude Phaneuf 2017

Site web créé par Samuel Labrie
 
Claude Phaneuf sur Facebook Claude Phaneuf