Les textes

Jean Drapeau
A.JD.02 - Le M. Jean Drapeau que j’ai connu
A.JD.03 - Ses dernières années. Merci M. le Maire.
Roger Taillibert
A.RT03 - Qui est l’Architecte Roger Taillibert ?
A.RT04 - Ses honoraires et ses droits d’auteur bafoués
Claude Phaneuf
Documents aux 3 chefs
Plusieurs autres textes
sont à venir

Le Stade Olympique de Montréal

LA VRAIE VÉRITÉ SUR LE STADE OLYMPIQUE.
#2 LE TOIT DU STADE - RAISON DE GASPILLER L’ARGENT.

Montréalais et Québécois, nous sommes chanceux, d’avoir dans notre Ville cette Œuvre d’art d’architecture :- Le Stade – Mât – Piscines, avec son Toit qui veut s’envoler vers le ciel, dans une ligne parfaite, Œuvre d’art, Œuvre de génie !

Le Toit Taillibert.- Le Toit mobile de M Taillibert était flexible, léger et rétractable. L’Architecte français l’a fixé au haut du Mât et ce Toit n’apportait pas de surcharge significative sur le bout des consoles, qui n’étaient pas délicates comme ce fut dit, mais conçues comme telles, voir La Presse 30 janvier 1999 (P7). Le Mât prenait la charge des quelques 200/300 tonnes de ce Toit et les consoles presque rien.

Le 1er Toit Socodec-Lavalin.- Québec et la RIO accorda à Socodec-Lavalin le 1er Toit du Stade qui avait comme base le Toit mobile de l’Architecte Taillibert. Il fonctionnait. La toile fut levée et descendue de 70 à 80 fois dans les années 1987-1992. L’ingénieur français Jean Roret a analysé ce Toit et a conclu « que cette Toiture mobile est qualifiée de bricolage comportant des risques graves pour la structure même du Stade », voir La Presse 30 octobre 1991 (P8). Certaines erreurs de conception faites par les ingénieurs de Socodec-Lavalin ont amené la toile de kevlar à déchirer. Il fut enlevé et payé quand même $147,42 Millions [ $716,000 (études préliminaires) + $117.7 Millions (contrat) + $29 Millions (extras et intérêts) ], même s’il était du type « tout compris clé en main ». La pénalité prévue de $10 Millions fut annulée, un cadeau, voir l’article #6 « Le Stade de la démesure ».

Le 2ième Toit d’acier.- Avant les élections de Septembre 1994, la RIO s’empressa de confier la construction d’un Toit fixe d’acier. À raison, ce Toit fut cancellé par le Parti Québécois, au prix de 16 à 18 Millions de dollars. Un détour de la RIO fait pour rien.

Le 3ième Toit Birdair.- Ce fut une course entre SNC-Lavalin/Nicolet,Chartrand,Knoll et Birdair/RSW/Nadeau, que ce dernier emporta. Le Toit Birdair fut monté en fin 1998. Le 18 janvier 1999, la toile de fibre de verre enduite de téflon déchira, comme elle l’avait fait durant son érection. La RIO avait payé quand même $37 Millions. Depuis 1999, la RIO n’utilise pas la grande superficie de jeux durant l’hiver.

Et le 4ième Toit.- La RIO a mandaté la firme GCI d’un ingénieur connu pour faire l’appel d’offres et l’étude du soumissionnaire à lui recommander dans un contrat du type « Partenariat-Public-Privé (PPP) ». La RIO a choisi le projet d’un Toit d’acier proposé par SNC-Lavalin. Ce lourd Toit devra être suspendu à quelque chose d’autres que les consoles ou le Mât à cause de son poids. Il faudra renforcer ces éléments structuraux et amputer cette architecture remarquée, comme ce fut rapporté dans les journaux, Journal de Montréal – 21 Mars 2006 et 2 Octobre 2007 (P9). M René Morency, directeur de la RIO, a déclaré que les règles du PPP ont été abandonnées. Ou, la RIO ferait-elle une annonce surprise de projets avec revenus (???) autour du Parc pour remplacer cette obligation. Ou, Québec le camouflera-t-il dans une annonce de plusieurs projets pour l’Est de Montréal ? Le PPP avait-il pour but d’exclure des soumissionnaires, qui devaient avoir construit au moins 5 projets de $50 Millions et plus au cours des 5 dernières années ?

Le contrat du type « PPP » est une trouvaille gouvernementale qui permet d’annoncer de coûteux projets pour faire rêver les Québécois ou pour récolter des appuis, sans avoir l’argent pour les payer, en augmentant notre hypothèque que nos enfants devront rembourser. Elle permet aussi de mettre et changer les conditions d’appels d’offres de façon que les contrats soient donnés à l’entreprise de notre choix. C’est magique !

Les acteurs.- Une analyse des acteurs du dossier Toit du Stade permet de constater que depuis 1974 toujours les mêmes personnes reviennent, que ce soit à titre d’experts engagés par la RIO ou comme entreprise retenue. Y aurait-il une grande différence entre les ingénieurs du 1er Toit Socodec-Lavalin et ceux du 4ième Toit SNC-Lavalin ? Même que certains ingénieurs y sont depuis 1974 ! C’est à regarder de près. Leurs bureaux seraient-ils plus forts que le Gouvernement ?

Montréal et Taillibert dehors.- Je n’ai pas oublié cette date mortelle pour nos projets. Le Vendredi saint d’Avril 1974, Québec imposa à Montréal un Gérant des travaux DD (Désourdy Duranceau) et un Mandataire coordonnateur LVLV (Lalonde, Valois, Lamarre, Valois). Québec venait de prendre charge du Parc olympique et du Stade avec son Toit, charge que Québec fut obligé d’officialiser en créant la Régie des Installations Olympiques (dit la RIO) le 20 novembre 1975, à cause du retard dans la construction dirigée par DD et LVLV depuis 19 mois, rendant précaire la tenue des Jeux. Une chance que la Ville et M Taillibert ont découpé le Stade en blocs de béton pour être fabriqués hors du chantier à l’abri des grèves, et que la compagnie Schokbéton les a fabriqués, sinon il n’y aurait pas de Jeux. Ce sont les vrais sauveteurs des Jeux.

Une question pour Monsieur tout le monde.- Quel Québécois mettrait à la porte son Architecte, s’il lui avait conçu une œuvre qualifiée d’Œuvre d’art ? Quel Québécois demanderait à des étrangers, non connaisseurs des subtilités de la conception, de jouer avec cette œuvre, jusqu’à ces étrangers réussissent, en les payant par surcroit même s’ils ne réussissaient pas ?

Oui, ce Québécois existe vraiment. Il s’appelle « la RIO », la main droite du Gouvernement de Québec.

Notre argent gaspillé.- À date, officiellement plus de 200 Millions de dollars furent gaspillés inutilement et le Toit doit encore être remplacé. Ce $200 Millions exclut les comités, rapports, voyages, vérification de rapports.

L’Erreur fatale.- La RIO et les Gouvernements en poste n’ont jamais demandé à l’Architecte Taillibert qu’il réalise son Projet avec son Toit léger et rétractable, de la même manière que ma Division et la Ville avaient agi en 1974 pour le Toit du Vélodrome, une voûte de béton. C’est la solution. Nous aurions déçu des firmes d’ici que la RIO a toujours privilégiées. Mais nous aurions économisé plusieurs centaines de $ Millions, nos clubs majeurs seraient encore ici et notre Stade serait utilisé avec des surplus de revenus comme l’avait planifié M Drapeau.

Les ingénieurs de 1974/1975.- Les ingénieurs du Vélodrome et du Mât, qui ont sauvé les Jeux en faisant les plans en 1974 et 1975, Messieurs Klaus Ostenfeld et Pierre Xercavins, ce dernier collaborateur d’Eugène Freyssinet, ont été contactés ces derniers jours pour se joindre à M Taillibert et réaliser le Toit du Stade. Ils pourraient être intéressés. Mais, ils craignent l’ingérence politique des dirigeants en place de la RIO, laquelle a toujours prévalue sur les vrais techniciens depuis 1976. Tout semble arrangé d’avance comme je l’ai entendu à CKAC Sports le 3 Octobre 2008 !

Québécois ! Levons-nous pour empêcher la RIO d’amputer cette Œuvre d’art. Forçons M Taillibert, l’architecte, à empêcher cette folie, c’est son droit de concepteur le plus strict. Ne laissons pas la RIO continuer de prendre des décisions partisanes, politiques et non techniques. La folie « RIO » a assez duré.

Claude Phaneuf, B.A., B.Sc.A.
Un des trois pionniers concepteurs du Parc Olympique et du Stade.
Membre de l'OIQ de 1962 à octobre 2006.
Ce jeudi 4 décembre 2008






Pour m'adresser une question ou un commentaire, écrivez à info@stadeolympiquemontreal.ca

Pour se procurer le dernier livre de M. Taillibert "Stade olympique de Montréal, mythes et scandales", suivre le lien suivant :
http://www.renaud-bray.com/Livres_Produit.aspx?id=1159386

Toute reproduction totale ou partielle du contenu de ce site, sans autorisation, est formellement interdite.
©Claude Phaneuf 2017

Site web créé par Samuel Labrie
 
Claude Phaneuf sur Facebook Claude Phaneuf