Les textes

K02 - Notre échéancier des études et travaux
K22 - L’Université de la technique a servi à quoi ?
K26 - Pourquoi la préfabrication ? Pourquoi les français ?
K28 - Le Vélodrome est terminé... Le COJO prend possession du Stade
K29 - Des études - Des mandats - L’omniprésence d’ingénieurs, de firmes d’ingénieurs
K30 - Les Expos vantent notre Stade et partent
K31 - La RIO contrôle l’information, trompe l’Histoire et joue à la chaise musicale
K.51 La grande tromperie
K.52 À l’Entreprise Charles Duranceau – Chapeau
K.53 À l’entreprise Schokbéton - Chapeau
K.54 Lavalin, le puissant
K.55 Le rôle des partis politiques
K.56 Les Québécois se souviennent
Plusieurs autres textes
sont à venir

DOIT-ON PRENDRE TOUTE LA CHARGE DE NEIGE POUR LE TOIT MOBILE ?

M. Taillibert avait déjà construit en France des piscines avec un Toit rétractable fonctionnel. Le Toit du Stade reprenait ces principes en les adaptant à une superficie 18 fois plus grande suite à la découverte de nouveau matériau dans le domaine des membranes légères.

Lors de la conception de notre Toit mobile en 1972, M. Taillibert demanda au Laboratoire Eiffel de Paris d’effectuer des essais en soufflerie pour vérifier le comportement de cette toiture face à la neige et au vent. Compte tenu de la courbure du Toit et de sa toile de kevlar bien tendue, il ne restait pas de neige sur le Toit si ce n’est qu’une minime quantité des deux côtés du Mât près des Piscines. J’ai eu ce rapport où les photos montraient clairement les résultats obtenus.

Lorsque je quittai la Ville de Montréal en août 1976, je fus surpris de trouver dans les quelques documents qui me restaient ce fameux bouquin, le rapport de ces essais en soufflerie du Laboratoire Eiffel. Dans les années qui suivirent, je le remis à M. Jean-Pierre Payette de la RIO pour que la RIO l’utilise lors de son 1er Toit mobile. Quelque temps plus tard, M. Payette m’annonça que la RIO l’avait jeté. Tout ce qui s’appelait « Taillibert » n’intéressait jamais la RIO.

La charge de neige ?

Les règles de la construction prévoient-elles le comportement d’un tel Toit qui n’a jamais existé ? Doit-on prendre les exigences qui furent fixées à partir de constructions connus pour les appliquer au Toit Taillibert ? Non.

J’ai toujours demeuré dans l’est de la Ville et en 60 ans, je n’ai jamais vu de neige s’accumuler sur le Toit de l’Aréna Maurice-Richard situé à deux pas du Stade, sauf une bande de quelques pieds de large au pourtour de la Toiture où des puisards captent l’eau de pluie au lieu des gouttières traditionnelles.

Un Toit unique au monde.- Le Toit mobile de M. Taillibert mesure près de 18,000 mètres carrés. Il est unique et les Lois conventionnelles n’ont jamais prévues une telle situation.

Après des études rigoureuses de comportement, M. Taillibert prit quand même dans ses calculs le tiers de la charge de neige.


Claude Phaneuf, B.A., B.Sc.A.
Un des trois pionniers concepteurs du Parc Olympique et du Stade.
Membre de l'OIQ de 1962 à octobre 2006.
Ce 26 juin 2010







Pour m'adresser une question ou un commentaire, écrivez à info@stadeolympiquemontreal.ca

Pour se procurer le dernier livre de M. Taillibert "Stade olympique de Montréal, mythes et scandales", suivre le lien suivant :
http://www.renaud-bray.com/Livres_Produit.aspx?id=1159386

Toute reproduction totale ou partielle du contenu de ce site, sans autorisation, est formellement interdite.
©Claude Phaneuf 2017

Site web créé par Samuel Labrie
 
Claude Phaneuf sur Facebook Claude Phaneuf