Les textes

K02 - Notre échéancier des études et travaux
K22 - L’Université de la technique a servi à quoi ?
K26 - Pourquoi la préfabrication ? Pourquoi les français ?
K28 - Le Vélodrome est terminé... Le COJO prend possession du Stade
K29 - Des études - Des mandats - L’omniprésence d’ingénieurs, de firmes d’ingénieurs
K30 - Les Expos vantent notre Stade et partent
K31 - La RIO contrôle l’information, trompe l’Histoire et joue à la chaise musicale
K.51 La grande tromperie
K.52 À l’Entreprise Charles Duranceau – Chapeau
K.53 À l’entreprise Schokbéton - Chapeau
K.54 Lavalin, le puissant
K.55 Le rôle des partis politiques
K.56 Les Québécois se souviennent
Plusieurs autres textes
sont à venir

DES RAPPORTS MENSUELS TRUQUÉS

Le mandataire-coordonnateur avait pour mandat « le contrôle des coûts », soit s’assurer que les dépenses respectent les prévisions budgétaires qu’il avait préparées. À tous les mois, il me remettait d’épais rapports mensuels, d’un pouce et demi d’épaisseur (4 cm) faits de feuilles minces informatisées attachées les unes aux autres. Ainsi, nous savions si nous nous dirigions vers des dépassements du budget ou non.

Ces rapports indiquaient tous les postes du budget de construction avec les quantités et prix unitaires prévus. À tous les mois, des quantités et des prix unitaires étaient ajustés, à la hausse bien entendu, selon les besoins ou les faits qui justifiaient des changements ou des contrats octroyés. Je recevais ces volumineux rapports et je cherchais les changements ou les erreurs possibles parce que nous subissions des augmentations significatives dans le coût total. J’ai découvert une astuce cachée, ce que j’appelle des rapports mensuels truqués.

La voici pour bien me faire comprendre – Le poste « Les aciers du Mât ». Je constatai des augmentations élevées du prix unitaire budgété, de là l’attention spéciale que j’y apportai, car allez chercher dans une telle brique. En comparant les rapports de trois mois consécutifs, je remarquai une première augmentation au prix unitaire de la tonne d’acier de plus de 100% ; le deuxième mois rien. Le troisième mois, ce fut la quantité qui passa de 5 500 tonnes et à 15 000 tonnes. Le prix unitaire de l’acier d’armature atteignait $1 000 la tonne, parfois jusqu’à $1500 et même $2000. Imaginez l’augmentation dans ce seul élément :- « 9 500 tonnes en surplus, à $540 la tonne ($1000 moins le $460 prévu en prenant le plus bas des 3 prix), une augmentation de $5 Millions d’un seul coup.

Est-ce que ces modifications avaient un lien avec les camions d’acier d’armature qui entraient pleins sur le site des travaux plusieurs fois par jour et qui en ressortaient sans avoir déchargé leur voyage ? Je vous laisse conclure, mais la question se pose.

Claude Phaneuf, B.A., B.Sc.A.
Un des trois pionniers concepteurs du Parc Olympique et du Stade.
Membre de l'OIQ de 1962 à octobre 2006.
Mai 2010







Pour m'adresser une question ou un commentaire, écrivez à info@stadeolympiquemontreal.ca

Pour se procurer le dernier livre de M. Taillibert "Stade olympique de Montréal, mythes et scandales", suivre le lien suivant :
http://www.renaud-bray.com/Livres_Produit.aspx?id=1159386

Toute reproduction totale ou partielle du contenu de ce site, sans autorisation, est formellement interdite.
©Claude Phaneuf 2017

Site web créé par Samuel Labrie
 
Claude Phaneuf sur Facebook Claude Phaneuf