Les textes

K02 - Notre échéancier des études et travaux
K22 - L’Université de la technique a servi à quoi ?
K26 - Pourquoi la préfabrication ? Pourquoi les français ?
K28 - Le Vélodrome est terminé... Le COJO prend possession du Stade
K29 - Des études - Des mandats - L’omniprésence d’ingénieurs, de firmes d’ingénieurs
K30 - Les Expos vantent notre Stade et partent
K31 - La RIO contrôle l’information, trompe l’Histoire et joue à la chaise musicale
K.51 La grande tromperie
K.52 À l’Entreprise Charles Duranceau – Chapeau
K.53 À l’entreprise Schokbéton - Chapeau
K.54 Lavalin, le puissant
K.55 Le rôle des partis politiques
K.56 Les Québécois se souviennent
Plusieurs autres textes
sont à venir

CET APPEL D’OFFRES LANCÉ EN AOÛT 2004
A-T-IL SUBI DES MODIFICATIONS EN COURS DE ROUTE ?


Réponse... OUI.

Premier Appel d’offres

Un premier Appel d’offres est lancé au mois d’août 2004 avec l’échéancier de l’adjudication du contrat le 1er mai 2006 dans le cadre d’un partenariat-public-privé (du type PPP). Un contrat pour une grosse boîte.

L’article 5.3.1. – Les critères d’exigence absolue exigent que : « Pour être considéré, le Candidat devra faire la preuve qu’il a été impliqué, au cours des cinq dernières années, dans au moins cinq projets de construction comportant des travaux de l’ordre de cinquante millions de dollars (50 000 000 $ Can) et qu’à cette occasion, il a pu obtenir des garanties, polices d’assurances, cautionnement de soumission, cautionnement d’exécution des travaux, cautionnement pour gages et matériaux, assurance tous risques chantier, assurance responsabilité civile et responsabilité professionnelle.

Une exigence surprenante et discutable !

L’article 5.3.2. - Les critères d’appréciation sont au nombre de 9 et les taux de pondération pour chacun totalisent 100.

Cinq entreprises répondirent à ce premier Appel d’offres et leurs candidatures furent rejetées. Le Gérant et la RIO demande un 2ième Appel d’offres.

Deuxième Appel d’offres

Cet Appel fut annoncé en février 2005, l’adjudication du contrat étant prévu pour juin 2006. Les textes de l’Appel d’offres avaient changé, notamment l’exigence du 5 ans/5 contrats/$50 Millions retirée (Dans le Dossier de candidature que le soumissionnaire doit remplir, on parle maintenant de $30 Millions) et les critères d’évaluation modifiés dont l’Approche conceptuelle qui passait de 15 points à 5 (était-ce relié au fait qu’une entreprise avait présenté un concept élaboré alors que d’autres non ?), l’ajout de l’élément Expérience du candidat en matières de gestion d’entreprises de construction.

Même si la RIO prévoyait recevoir au moins une douzaine de propositions, quatre seulement soumissionnèrent et deux seuls furent retenus sur recommandation de GCI, soit Janin/Atlas et SNC-Lavalin. Le premier se désista et il ne restait que l’heureux choisi, le jadis associé du Gérant de projet.

Les deux appels d’offres mentionnés prévoient que le soumissionnaire retenu reçoit un maximum de $150 000 pour sa soumission et un maximum de $ 350 000 pour réaliser des études plus poussées. Dommage pour les « non choisis » !

Dès 2006, le piétinement commence parce que la RIO fait appel à des ingénieurs qui ne connaissent pas toutes ces techniques inédites. La solution miracle enfin développée ne fait pas l’unanimité et rend en colère l’architecte concepteur Taillibert. Coiffé ce Stade d’un Toit lourd (certains parlent de 12 000 tonnes!) obligeant de tout renforcer … relève du délire, de l’incompétence et du gaspillage de gros $ Millions.

Les règles du Partenariat/Public/Privé ne sont plus requises !

Un candidat qui a vu sa proposition élaborée rejetée affirme que Janin/Atlas se désista et qu’il ne restait en piste que SNC-Lavalin. La RIO déclara que le mode PPP était abandonné et que ce contrat serait payé à même le fonds consolidé de la province. J’ai lu dans le Journal de Montréal, quelque part en 2008 je crois, la déclaration de M. René Morency, Directeur de la RIO, que les règles du PPP avaient été abandonnées, confirmant les dires du candidat mécontent d’un tel agissement injuste, … alors qu’il n’y avait qu’un seul candidat pour profiter de cet avantage. La vraie justice de la RIO !

Après 6 ans, en juin 2010, déjà $3,5 Millions ont été dépensés et l’adjudication du contrat n’est pas encore faite. Tant mieux ! Quelqu’un, … le Premier Ministre ou un politicien peut-être a dû finir par se rendre compte de cette tromperie, de cette folie technique et architecturale, parce qu’il s’agit ici réellement de faire n’importe quoi ou presque, ou de cette association du Gérant de projet et du soumissionnaire retenu par ce Gérant.

La Ministre de la RIO posera-t-elle ce geste « dégradant en ce que cette œuvre est concernée » d’autoriser la RIO à octroyer ce contrat qui n’aurait jamais dû exister pendant que le Gouvernement du Québec est en congé et que les autorisations sont plutôt rapides et faciles ?

En conclusion, OUI cet Appel d’offres a subi des modifications en cours de route qui a influencé le résultat.


Claude Phaneuf, B.A., B.Sc.A.
Un des trois pionniers concepteurs du Parc Olympique et du Stade.
Membre de l'OIQ de 1962 à octobre 2006.
Ce 26 juin 2010







Pour m'adresser une question ou un commentaire, écrivez à info@stadeolympiquemontreal.ca

Pour se procurer le dernier livre de M. Taillibert "Stade olympique de Montréal, mythes et scandales", suivre le lien suivant :
http://www.renaud-bray.com/Livres_Produit.aspx?id=1159386

Toute reproduction totale ou partielle du contenu de ce site, sans autorisation, est formellement interdite.
©Claude Phaneuf 2017

Site web créé par Samuel Labrie
 
Claude Phaneuf sur Facebook Claude Phaneuf